Recourir aux services d’un psychologue est en soi un cheminement personnel, plus ou moins long. Les motivations qui y conduisent sont variées, elles dépendent de l’urgence, des problématiques et ou des besoins ressenties, ainsi que du projet que cela sous-tend. Il n’y a jamais de mauvaises raisons, ou de raisons illégitimes pour consulter un psychologue. C’est une décision personnelle, propre à chacun, qui s’intègre dans une histoire singulière.

Consulter : un temps de maturation 

En général la consultation d’un psychologue fait suite à une période de maturation plus ou moins longue, car nous avons des résistances psychiques, plus ou moins fortes, qui nous retiennent, et qui, avec le malaise que nous ressentons, augmentent. Elles s’expriment souvent par des a-priori négatifs sur l’idée d’un accompagnement psychologique : « ça ne sert à rien, je n’ai pas le temps, c’est cher, je vais être manipulé, personne ne peut me comprendre, je sais ce que j’ai, c’est pour les faibles, je peux m’en sortir tout seul… » et toute sorte d’idées partagées entre angoisses et préservation de sa fierté personnelle.

Le malaise : une lente progression vers la conscience

Au début, en général, le mal-être ne fait pas parler de lui. Il s’installe sans bruit dans nos vies et nous nous habituons à lui. Nous n’en prenons même pas conscience. Puis il se fait connaître, à travers les sentiments qu’il génère, les disruptions qui s’installent dans les relations que nous construisons avec les autres, et si nous commençons par prendre conscience de sa présence nous tentons de ne pas tenir compte de lui, en espérant que ça passe. Puis, comme il ne passe pas, lorsque nous prenons vraiment conscience du mal-être que nous endurons, nous voulons d’abord nous en sortir par nous même, ce qui est tout à fait sain et naturel. Ce n’est que lorsque l’on constate la gène que provoque ce malaise dans nos vie et que le malaise ne passe pas de lui-même qu’on comprend et que l’on accepte le besoin d’une aide extérieure. Il n’y a pas de chemins tout tracé, de durée standard pour prendre conscience de ça, c’est un parcours intime singulier, propre à chacun.

Prendre le temps d’accepter

Il faut parfois prendre un temps assez longs pour vaincre les résistances que l’on éprouve ou attendre le moment où elles sont plus basse pour se sentir le courage de passer le pas pour consulter. C’est quelque chose que je comprend très bien et que je respecte. Je le souligne ici pour que chacun sache que c’est tout à fait normal et ne se juge pas lui-même négativement sur les réticences qu’il éprouve à aller consulter. Il faut le temps que l’idée fasse son chemin, cela fait partie intégrante du processus de changement et de transformation intérieure qui conduit à consulter. En général, il est de coutume de dire que lorsque le consultant en vient à passer le pas, qu’il a pris rendez-vous auprès d’un psychologue, il a déjà fait la moitié du chemin vers la compréhension et l’apaisement de lui-même et vers un nouvel équilibre intérieur.

Identifier les raisons de la consultation

Cependant, en plus des résistances et de ce processus de maturation de la décision, il existe une autre difficulté. En effet, dans la plupart des cas, le désir et le besoin de consulter sont vagues et ne sont pas toujours facile à identifier. Pour vous aider à y voire plus claire je vous propose de répondre à un « petit » questionnaire. Ce questionnaire n’est pas un questionnaire étalonné, il n’a pas de visée diagnostic. Il a seulement pour fonction de vous aider à y voir plus claire en vous même et de vous aider à prendre votre décision de consulter un psychologue ou au contraire de la reporter à plus tard, en toute connaissance de cause. Il compte 84 questions et il ne prend qu’une dizaine de minute à remplir. Prenez un moment pour y répondre. Mettez vous dans un lieu calme en vous assurant que vous ne serez pas dérangé. Notez le numéro des questions sur un papier et mettez « oui » ou « non » ou « nsp » (Ne Sait Pas) à coté de chaque numéro de question. Répondez y le plus sincèrement et le plus spontanément possible.

1 – Pourriez vous dire qu’en ce moment vous ressentez un certain mal-être dans votre vie?

2 – Eprouvez vous de l’agacement voire de la colère régulièrement, pour toutes sorte de raisons y compris des raisons bénignes, en ce moment dans votre vie?

3 – Considérez vous que vous avez tendance à être agressif(ve) avec les autres, en général, en ce moment?

4 – Eprouvez vous une certaine tristesse de façon durable et continue au cours de la journée, en ce moment, même malgré la joie et la gaité qui peut vous entourer parfois?

5 – Eprouvez vous un ennui général dans votre vie?

6 – Vous sentez vous souvent tendu nerveusement?

7 – Si vous ressentez un mal-être en ce moment dans votre vie avez vous la sensation qu’il a des répercutions négatives sur votre corps?

8 – Avez vous du mal à maîtriser vos émotions face aux aléas de la vie?

9 – Vos émotions prennent elles le dessus sur votre réflexion?

10 – Avez vous des réactions impulsives que vous regrettez après coup?

11 – Vous arrive t-il souvent de briser des choses par excès de colère?

12 – Vous arrive t-il souvent de brisez des choses par faute d’attention?

13 – Avez vous des difficultés fréquentes de concentration?

14 – Avez vous des troubles de mémoires, faites vous des oublis fréquents (petits objet, informations, noms de personnes, interversions, lapsus…)?

15 – Votre mal-être vous empêche-t-il de réaliser vos activités quotidiennes?

16 – Le mal-être que vous ressentez vous empêche t-il de réaliser certaines tâches intellectuelles correctement?

17 – Ressentez vous des bloquages intérieurs qui vous empêchent de faire les choses?

18 – Avez vous perdu le plaisir de faire des activités agréables que vous faisiez habituellement? 

19 – Ressentez vous régulièrement de l’anxiété, des angoisses, du stress?

20 – Ressentez vous régulièrement un sentiment d’insécurité notable en ce moment?

21 – Votre vie vous semble-t-elle avoir perdu son sens depuis un certain temps?

22 – Vous arrive t-il régulièrement de vous sentir perdu dans la vie?

23 – Votre avenir vous parait il sombre, bouché?

24 – L’avenir vous angoisse-t-il?

25 – Avez vous des disputes fréquentes ou des relations tendues avec votre conjoint(e)?

26 – Avez vous des disputes régulières ou des relations inhabituellements conflictuelles sur votre lieu de travail ou de votre activité?

27 – Avez vous des disputes régulières ou des relations inhabituellement tendues avec votre entourage amical?

28 – Avez vous des disputes régulières avec un ou plusieurs membres de votre famille en ce moment?

29 – En général avez vous des rapports difficile avec votre famille?

30 – En ce moment ratez-vous souvent des rendez vous?

31 – En ce moment vous arrive-t-il souvent d’être absent de votre travail?

32 – Êtes vous impliqué dans une ou plusieurs relations marquées par la dépendance affective?

33 – Avez vous des difficultés à aller vers les autres?

34 – Redoutez vous fortement certaines situations qui normalement ne devrait pas susciter une telle angoisse?

35 – Avez vous un jugement fréquemment négatif vis à vis de vous même?

36 – Ressentez vous souvent de la culpabilité ou de la honte au quotidien?

37 – Vous sentez vous souvent illégitime à faire ou à dire telles ou telles choses?

38 – Êtes vous fréquemment l’objet de critiques de certains de vos proches?

39 – Avez vous du mal à vous défaire de l’emprise de certaines personnes?

40 – Avez vous des difficultés à faire confiance aux autres?

41 – Vous sentez vous seul(e) dans la vie et isolé(e) malgré votre entourage?

42 – Êtes vous privé de personnes en qui faire confiance et sur qui vous pouvez compter?

43 – Eprouvez vous des difficultés à parler de vous même et de vos ressenties en général?

44 – Eprouvez vous des difficultés à parler de vous même et de vos ressenties aux personnes en qui vous avez habituellement confiance?

45 – Avez vous tendance à garder vos ressentis pour vous-même?

46 – Avez vous du mal à accepter vos échecs? 

47 – Avez vous tendance à vous replier sur vous-même ces temps-ci?

48 – Vous méfiez vous de vous-même?

49 – Avez vous perdu un être chère récemment ?

50 – Craignez vous de perdre un être cher prochainement?

51 – Êtes vous dans une situation sociale difficile (perte d’emploi, hébergement chez un tiers, endettement…)?

52 – Le mal-être que vous ressentez a-t-il un impact sur votre situation économique?

53 – Si vous ressentez un certain mal-être ou un certain trouble intérieur, est ce qu’il dure depuis plusieurs semaines?

54 – Le mal être ressenti est il permanent et régulier?

55 – Éprouvez vous des idées obsédantes, morbides, désagréables, pénibles que vous ne parvenez pas à chasser?

56 – Avez vous des crises de larmes dans la journée plusieurs fois par semaines ces derniers temps?

57 – Avez vous des insomnies plus de trois fois par semaine?

58 – Avez vous pris ou perdu du poids ces dernières semaines?

59 – Faîtes vous des efforts pour dissiper ce mal-être?

60 – Le mal être que vous ressentez, continu-t-il malgré les efforts que vous faîtes pour le dissiper?

61 – Êtes vous sujet régulièrement aux achats compulsifs ?

62 – Avez vous fait des achats inconsidérés et exagérés ces derniers temps?

63 – Êtes vous sujet régulièrement à des compulsions alimentaires lorsque vous ne vous sentez pas bien?

64 – Avez vous un sentiment d’addiction par rapports à certaines activités ou certaines choses? 

65 – Vous sentez vous prisonnier de certains comportements particuliers, d’un certain mode de pensée?

66 – Avez vous des difficultés dans votre sexualité ?

67 – Avez vous enduré un échec amoureux récemment ?

68 – Avez vous eu une expérience psychologiquement traumatisante récemment?

69 – Avez vous eu une expérience psychologiquement traumatisante par le passé?

70 – Avez vous des reviviscences fréquentes d’un évènement pénible ces temps-ci?

71 – Faites vous régulièrement des cauchemars?

72 – Eprouvez vous régulièrement un sentiment de fatigue et de lassitude?

73 – Désirez vous vivre une vie différente de celle que vous vivez?

74 – Eprouvez vous un sentiment de ras-le-bol vis à vis de certaines situations de votre vie?

75 – Éprouvez vous l’envie de changer votre vie?

76 – Pensez vous que vos difficultés soient insurmontables?

77 – Ressentez vous la force et la détermination de résoudre les problématiques de vie auxquelles vous êtes confronté?

78 – Pensez vous que parler de vos difficultés pourrait vous être utile pour vous aider à surmonter vos difficultés?

79 – Pensez vous que l’aide d’un tiers pourraient vous aider à surmonter votre mal-être?

80 – Pensez vous qu’une meilleure connaissance de vous même pourrait vous aider à vous sentir mieux?

81 – Pensez vous que certains exercices pourraient vous aider à vous sentir mieux?

82 – Avez vous déjà eu le projet de consulter un psychologue?

83 – Un professionnel de santé vous a-t-il déjà indiqué de consulter un psychologue?

84 – Votre entourage vous a-t-il incité à consulter un psychologue?

Je vous remercie du temps que vous avez consacré pour répondre à ce questionnaire.

À présent prenez un moment pour vous, pour réfléchir à ces questions et reprenez le questionnaire plus tard. Si vous n’avez pas de modification à y apporter laissez comme il est, sinon modifiez vos réponses pour qu’elles correspondent au plus près de ce que vous ressentez?

 

Des questions pour réfléchir et bien prendre sa décision…

Dans la mesure où il ne s’agit pas d’un questionnaire étalonné pour faire un bilan mais plutôt d’une suite de questions visants à vous aider pour faire le point dans votre projet de consultation d’un psychologue,

je ne saurais donner des scores pour vous recommander telle ou telle démarche particulière.

42 question et plus…

Cependant, si vous avez répondu positivement à la majorité des questions de ce questionnaire (±42 questions), l’aide d’un psychologue pourraient vous être utile pour vous aider à sortir de vos difficultés. Son écoute, sa patience, son attention, et ses connaissances pourraient vous aider à mettre des mots sur ce que vous ressentez, vous aider à faire un travail sur vous-même et contribuer ainsi à la réussite de la démarche de rétablissement que vous voulez entreprendre. Je vous invite à prendre un moment pour y réfléchir, poser les choses et prendre votre décision. Si vous préférez ne pas consulter, c’est votre droit le plus stricte et il est tout à fait respectable, n’en doutez pas. L’aide que peut vous apporter un psychologue est une possibilité parmi d’autres, pas une obligation. Même si cela aide et peut aider beaucoup de personnes en difficulté, il existe aussi d’autres manières et d’autres chemins pour surmonter son mal-être et qui sont propre à chacun. Consulter un psychologue n’est pas une solution qui convient à tous le monde et ce n’est en rien critiquable.

Moins de 42 questions…

Sinon, si vous avez répondu positivement à moins de la majorité des questions de ce questionnaire, je vous invite également à réfléchir aux questions auxquelles vous avez répondu positivement, afin de voir si l’opportunité de consulter un psychologue serait pertinente pour vous.

Dans tous les cas, je demeure à votre disposition, par le formulaire de contact, et par téléphone pour en discuter avec vous. N’hésitez pas à me contacter pour que nous en discutions.

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib